La continuité d’approvisionnement en période de crise

Heiner Sandmeier, directeur suppléant d’Interpharma, parle de la continuité des approvisionnements en période de crise.

Le maintien de la production et de la chaîne d’approvisionnement joue en période de pandémie un rôle central. Les livraisons de matières premières, de précurseurs de médicament et de produits semi-finis doivent être garanties. La Confédération exige depuis peu des cantons qu’ils annoncent leurs stocks de matériel médical, dont certains médicaments, de manière à ce que les menaces de pénurie puissent être décelées et corrigées à temps. Ceci en réaction aux achats intempestifs et aux tentatives d’auto-confinement de certains pays. Les entreprises tiennent plusieurs canaux d’approvisonnement ouverts, de façon à pouvoir réagir avec un maximum de flexibilité.

Les nouveaux tests de Roche en sont une parfaite illustration. Les instruments viennent de la Suisse, les tests des USA, les consommables d’Allemagne, et les trois sont nécessaires pour faire un test. Il suffit que l’un des trois pays ferme ses frontières pour que tout soit compromis. Et déjà s’élèvent des voix demandant que l’on rapatrie en Suisse l’ensemble de la chaîne de création de valeur, chose incompatible avec une économie globalisée. Comment produirions-nous tous les médicaments importants en autarcie ? Avec des exportations pharmaceutiques de 88,2 milliards de francs (2018) et le chiffre d’affaires de 3,8 milliards que nos membres réalisent en Suisse, notre pays figurerait parmi les grands perdants d’une telle politique. Il serait important, en revanche, que nous augmentions notre résilience et que, la crise passée, nous réexaminions nos chaînes de fournisseurs sous l’angle de la sécurité d’approvisionnement.

Nous devons continuer de diversifier nos sources de matières premières, de précurseurs de médicament et de produits semi-finis. Qu’il s’agisse de marchandises ou de main-d’oeuvre, nos frontières devront en effet rester ouvertes comme par le passé.

Scroll to top icons